Affaire Songhe: le CNRA épingle la TFM

​Suite Affaire Songhe Diouf, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel est sorti de son mutisme pour remettre le train sur les rail. Pour l’organe de controle,  toutes les conditions n’étaient pas prises pour la réalisation d’une bonne émission. 

.
SENBAAT.COM  vous présente l’intégralité du communiqué!

.

Le CNRA rappelle que le rôle des médias n’est pas de mettre en péril la sécurité des personnes ni en cause leur dignité.

La conception de la programmation audiovisuelle se fait dans le strict respect de la réglementation qui, surtout en matière de traitement de sujets touchant l’honneur et l’intégrité de la personne humaine, exige un profond sens de la responsabilité et une préparation particulière de la part des intervenants à l’antenne.

Cette exigence a été bafouée lors de l’émission « Jakaarlo Bi » du 09 mars 2018. C’est ce qui justifie les observations-mises en garde adressées à TFM.

TFM : Observations suite à la diffusion du numéro de l’émission « Jakaarlo Bi » du 09 mars 2018 Le 09 mars 2018, la chaîne de télévision TFM a diffusé une émission intitulée « Jakaarlo Bi », au cours de laquelle la question du viol a été abordée.

.

La gravité de la question exigeait des concepteurs, animateurs et éditeurs de l’émission, une attention soutenue, afin d’éviter des dérapages, prises de positions inappropriées, de nature à entraîner des conséquences préjudiciables aux femmes.

.

Le Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel relève des manquements graves relatifs à la présentation de l’émission et imputables au chroniqueur, M. Songué DIOUF et au présentateur de ladite émission, M. Khalifa DIAKHATE.

.

Sur la responsabilité du chroniqueur Le plateau de l’émission a servi de prétexte au chroniqueur pour faire d’un sujet aussi grave, un objet de dérision, en affirmant, pour justifier les cas de viols dont sont victimes les femmes, que ces dernières sont les responsables de leurs propres viols, à cause de leurs choix vestimentaires ou de leur plastique.

.

De tels propos sont d’une gravité extrême si l’on sait que des femmes sont : – violées, violentées et tuées ; – mises au ban de la société, rejetées par leurs familles ou données en mariage à leur violeur ; – données en mariages précoces ou forcés à la suite de viol.

.

Sur la responsabilité du présentateur Le présentateur, loin d’arrêter la dérive, a enfoncé le clou, en banalisant auprès des autres intervenants, la désinvolture du chroniqueur. Un tel comportement est d’autant plus grave qu’il est attendu d’un présentateur qu’il exerce son rôle qui est de rappeler à l’ordre les participants à l’émission et de faire la police de son plateau.

.

De telles pratiques constituent une violation de la réglementation et des principes régissant les acteurs des médias, notamment : – les articles 7 et 9 de la loi 2006-04 du 04 janvier 2006 portant création du CNRA qui appellent à sauvegarder l’enfance et l’adolescence dans les contenus des programmes et à respecter l’honneur et l’intégrité de la personne humaine ; – les articles 20 et 21 du cahier des charges relatifs, respectivement, à l’obligation de ne pas inciter à des pratiques ou comportements délinquants ou inciviques et celle de veiller au respect de l’image, de la dignité, de l’honneur et de la réputation de la personne humaine.

.

Le CNRA enjoint la Direction de la chaîne de télévision, àmettre un terme définitif à de pareils manquements et à éviter toute rediffusion de l’émission du 09 mars 2018, sous peine de l’application des sanctions prévues par la loi.

.

Par ailleurs, le CNRA, conformément à sa mission de veiller au respect de la réglementation, appelle tous les médias à prendre les précautions nécessaires, chaque fois que des sujets concernant une catégorie de la société ou des sujets dits sensibles sont traités ou abordés, et à toujours veiller à se conformer à la réglementation.!

.

L’Assemblée du Conseil

967 total views, 1 views today