Sénégal, mise en place du permis à point à compter du mois de juillet 

 Le ministre des Infrastructures, des transports terrestres et du désenclavement Abdoulaye Daouda Diallo a annoncé, jeudi, à  Dakar  ‘’la mise en place du permis à point’ au mois de juillet’, affirmant qu’ils ne seront pas exclusivement destinés aux transporteurs mais à tous ceux qui sont détenteurs d’un permis à conduire. 
.

Il s’exprimait en marge de la cérémonie de lancement de la semaine nationale de la prévention routière. 

.

‘’Nous allons mettre en place des permis à point cette année. Je rappelle ces permis ne seront pas destinés exclusivement aux transporteurs mais à tous ceux qui sont détenteurs de permis de conduire.’’, a dit M. Daouda Diallo. 

Selon lui, ‘’Cela veut dire que s’il y a des sanctions avec le retrait des points ça doit concerner  tout le monde’’.

.

Toutefois, il a précisé que ‘’le métier du chauffeur est le seul métier qu’il n’est pas permis de faire une erreur parce que très souvent ça se traduit à mort d’homme’’. 

.

‘’Nous travaillons à la modernisation du tissu globalement et pour cela j’ai instruit au Directeur des transports routiers de tout faire pour que toutes ses mesures soient mis en application à compter du mois de juillet 2018’’, a souligné M. Diallo.

Il a aussi indiqué que ‘’l’objectif est la réduction  du nombre d’accidents à 35% à l’horizon 2020 mais moi je trouve qu’il y a lieu de faire mieux car 35% veut dire qu’on aura au moins un mort par jour’’. 

.

‘’ Les activités prioritaires  doivent s’inscrire autour de la prévention à jamais. La prévention c’est dans la construction de bonnes infrastructures de transport, c’est aussi dans le changement du parc des véhicule de transport’’, ajoute-t-il.

‘’Les accidents sont des événements soudains, leurs conséquences sont durables et constituent un drame pour les familles des victimes et pour ceux qui les aiment’’, a noté le Directeur de la nouvelle prévention routière Ibrahima Gueye.

.

 le directeur des transports routiers Mactar Faye lui embouche la trompetrès. ’La sécurité routière ne doit pas être considéré comme une contrainte mais plutôt comme un projet auquel les populations adhérent et pour lequel les Sénégalais se  battent pour le réaliser’’, a indiqué M. Faye.

985 total views, 2 views today