Actualité Contribution

đź”´L’opposition “dialogueuse”, rĂ©veillez-vous … (Ngagne Sene)

NGAGNE SENE, le SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral de L’UJTL de la Commune de Gueule-TapĂ©e-Fass Colobane donne son avis sur le statut de l’opposition et la situation politique du pays de manière globale. L’opposition “dialogueuse”, rĂ©veillez-vous …


D’abord pour le chef de l’opposition, il est important de rappeler que le Parti Démocratique Sénégalais n’a jamais été demandeur et n’est nullement intéressé par une quelconque proposition, ou nomination venant du pouvoir. Historiquement le Président ABDOULAYE WADE, n’a jamais été N°2, il a été et est toujours N° 1, une posture acquise durant 26 ans de haute lutte. Il n’a jamais négocié quoi que ce soit, ni avec le Président Senghor, ni avec le Président Diouf, donc ce n’est pas avec le régime finissant du Président Macky Sall, vomi par le peuple qu’il va discuter pour un soit disant « poste de chef de l’opposition.

L’opposition « dialogueur », réveillez-vous, ne vous laissez pas divertir par un pouvoir qui n’excelle que dans l’injustice, la mal gouvernance, la corruption, l’arrogance etc. Le seul objectif du valet de l’hexagone est de poursuivre sa mission entamée au début de son mandat : « Réduire l’Opposition à sa plus simple Expression » et se maintenir au pouvoir pour se servir et servir la France avec loyauté au détriment du peuple sénégalais. Ce n’est pas au Président Macky Sall de nommer le chef l’opposition sur une quelconque proposition. Non ! Dans toutes les grandes démocraties, c’est au peuple souverain, à travers sa représentation parlementaire de définir naturellement son chef de l’opposition face au pouvoir.

Au Sénégal, le Parti Démocratique Sénégalais est le seul parti politique qui a un groupe parlementaire, d’où la première force de l’opposition de ce pays donc il n’y a pas de débat à ce niveau. Alors, le peuple souverain a choisi Me ABDOULAYE WADE comme chef de l’opposition et le Parti Démocratique Sénégalais comme la première force de l’opposition aux dernières législatives. Le dialogue politique national accoucherait d’une souris si toutefois l’opposition donne carte blanche au Président Macky Sall qui en sus de ses attributions de nomination aux emplois civils et militaires, nomme aussi par décret leur chef.


Ensuite, le combat du Parti Démocratique Sénégalais est toujours, et demeure celui du peuple qui exige: le retour sans condition de son candidat Karim MEISSA WADE, la révision immédiate de son procès comme l’a exigé le Comité des Droits de l’Hommes des Nations Unis, la restitution des droits civiques et politiques des sieurs Karim MEISSA WADE et Khalifa Ababacar SALL, l’audit du fichier électoral et le respect strict du calendrier républicain. Pour cela les dates des élections locales et législatives doivent être fixées au plus tard avant la fin du mois de Septembre.

Le Sénégal ne peut plus organiser des élections, qu’elles soient municipales, législatives où présidentielles, sans que ces conditions ne soient réunies. Voilà les vrais problèmes auxquels l’opposition républicaine doit forcer le pouvoir à y trouver une solution immédiate, gage d’une stabilité politique et sociale.
Enfin, nous exigeons la publication de tous les rapports de 2014 à nos jours afin que la vérité sur la gestion opaque des affaires publiques soit connue .Monsieur le Président de la rue publique, Levez votre coude sur les dossiers pour que les fautifs soient sanctionnés avec rigueur et que la république puisse respirer. « We (SENEGAL) Can’t Breathe »

Laisser un commentaire

Partagez la bonne info avec vos amis

Journaliste et Blogueur, Fondateur du Blog de la Jeunesse Consciente.
Follow Me:

Articles similaires