Actualité Sport

Chelsea 2-2 Tottenham : Kalidou Koulibaly marque son premier but en Premier League

Deux managers expulsés, un but égalisateur à la 96e minute, des coups d’éclat et un merveilleux chaos, on peut dire que la Premier League a véritablement commencé hier à Stamford Bridge.

Antonio Conte et Thomas Tuchel avaient déjà été avertis pour des événements survenus après le premier but égalisateur de Tottenham. Et puis, Reece James ayant donné l’avantage à Chelsea une deuxième fois, Tottenham a marqué à nouveau.

Ce but était encore plus spectaculaire que le premier, puisqu’il est intervenu dans le dernier acte de six minutes supplémentaires en seconde période. Il s’agissait d’un but simple, une tête piquée de Harry Kane sur un troisième corner successif de Tottenham, mais il y a eu très peu de temps pour absorber l’impact avant que l’arbitre Anthony Taylor ne siffle le point final.

À ce moment-là, Conte et Tuchel se sont retrouvés pour la cordiale poignée de main sportive, et le contraire s’est produit.

Ils s’affrontaient à nouveau, les entraîneurs plongeaient pour les retenir, les joueurs aussi. Une mêlée géante qui s’est terminée par un flash rouge de Taylor aux deux managers. Le seul rouge de l’après-midi dans ce stade. C’était du vrai bleu contre du bleu. La chaleur a mis du temps à s’estomper.

On a pu voir Conte échanger des propos virulents avec son ancien joueur Cesar Azpilicueta. L’Association de football va sans doute s’en mêler aussi. Mais c’était un sacré spectacle. Et le jeu n’était pas mauvais non plus.

Chelsea a probablement pensé qu’il avait gagné : deux fois. La deuxième fois par Reece James à 13 minutes de la fin. Le club a beau avoir dépensé plus lors de cette fenêtre de transfert que lors de n’importe quelle période de l’ère Roman Abramovich, James a prouvé que rien ne vaut un but marqué par l’un des siens.

Ainsi, lorsque James a récupéré une passe de Kai Havertz à la 77e minute et a simplement envoyé le ballon dans les filets d’Hugo Lloris, le toit de la ville s’est envolé, pour la première fois depuis que Todd Boehly a pris les commandes.

Le nouveau propriétaire, célébré par une fausse bannière à étoiles et à rayures passée dans la tribune Matthew Harding, était là pour en être témoin. C’est un homme d’affaires avant tout, bien sûr, mais maintenant il a peut-être une idée encore plus claire de ce dont il s’agit, malgré la déception finale.

C’était le football de Premier League dans toute sa splendeur. De l’excitation, de l’énergie, de la tension, la frénésie s’étendant jusqu’au banc de touche et aux tribunes.

Après l’égalisation de Pierre-Emile Hojbjerg pour Tottenham, Tuchel s’est plaint que Conte avait empiété sur la zone de Chelsea en célébrant le but, et les deux managers ont reçu un carton jaune. Lorsque James a marqué le deuxième but de Chelsea, la jubilation de Tuchel l’a amené à courir le long de la ligne de touche à la manière de José Mourinho et, sans doute intentionnellement, à traverser le territoire de Tottenham à grande vitesse. Enfantin, oui. Mais un plaisir fabuleux.

Avant le premier but de Tottenham, Rodrigo Bentancur semblait avoir commis une faute assez évidente sur Havertz, que l’arbitre Anthony Taylor a vu mais a jugé équitable. Ainsi, lorsque Jorginho a perdu la possession du ballon par excès dans sa propre surface, et que Hueng-min Son a finalement transmis le ballon à Hojbjerg, Chelsea était déjà perturbé par les événements précédents.

La faute avait été commise une minute plus tôt, et n’allait donc jamais être prise en compte. Mais au milieu du chaos, ce fut un match de football passionnant. Et c’est parti.

Ce match était considéré comme le point de départ de la progression de Tottenham sous la direction d’Antonio Conte et Chelsa leur a fait passer un test beaucoup plus rigoureux que le précédent adversaire, Southampton. Ainsi, avec tant d’investissements, financiers et spirituels, dans la révolution Conte, la première mi-temps a dû être quelque peu décevante.

Chelsea était bien la meilleure équipe, elle méritait son avance, et l’influence de Tottenham sur le jeu était négligeable. Leur seule véritable occasion, un coup franc intelligent et rapidement tiré en profondeur par Harry Kane, qui a laissé Ryan Sessgnon en tête-à-tête avec Edouard Mendy, a été jugé hors-jeu. Le gardien de Chelsea a tout de même sauvé le tir avec ses jambes.

Cela mis à part, c’est Chelsea qui a dominé. Conte a construit une équipe de Tottenham forte et physique, très grande, très combative et les adversaires devront leur tenir tête cette saison. Chelsea, plus petit, plus mince, a fait exactement cela. Ils ont trouvé en Marc Cucurella une présence impressionnante et fougueuse et, préféré à Ben Chilwell sur la gauche, il n’a pas déçu. Il aime clairement les tacles et en a fait beaucoup.

L’un d’eux a laissé son compatriote Christian Romero sur le carreau et ce n’est que lorsque Cucurella s’est élancé pour effectuer une remise en jeu rapide que le joueur de Tottenham a commencé à rouler en se tenant la cheville. Anthony Taylor est tombé dans le panneau et a arrêté la contre-attaque de Chelsea pour permettre à Romero de se faire soigner. Il est resté à terre, mais aucun physio n’a franchi la ligne blanche. C’était clairement un acte.

Thomas Tuchel savait comment il voulait obtenir un Tottenham et il était comiquement furieux lorsque N’Golo Kante a choisi de faire rouler le ballon sur le côté plutôt que de trouver un chemin au milieu. Il s’est mis à sautiller, littéralement fou, et à jurer de manière audible au-dessus de la foule – le premier événement de capacité à Stamford Bridge depuis le bit des sanctions.

Mais Chelsea prend de l’assurance. À la 18e minute, une passe en profondeur de Kante, du type de celles que Tuchel approuve, trouve Raheem Sterling, qui la relègue à Kai Havertz, le faux neuf de Chelsea obtenant un corner. Cucurella reprenait le ballon depuis la gauche et, aidé par un marquage désespéré de Tottenham, il tombait sur un Kalidou Koulibaly non surveillé, qui frappait une volée du pied droit sur la tranche, qui filait à travers une mêlée de joueurs et entrait dans le filet. Il a été recruté pour sa défense sans faille, et c’est tout un bonus.

La réponse de Tottenham était pour le moins discrète, la meilleure étant une percée de Hueng-min Son que Reece James terminait par une faute évidente. Son n’était même pas entré dans la moitié de terrain de Chelsea. Une meilleure occasion s’est présentée au début de la deuxième mi-temps, Kane pour Son, mais Mendy l’a repoussé d’un angle fermé.

Laisser un commentaire

Partagez la bonne info avec vos amis

Journaliste et Blogueur, Fondateur du Blog de la Jeunesse Consciente.
Follow Me:

Articles similaires