Actualité Chronique

Guy Marius Sagna, un vrai commis du front social sénégalais

Chronique – Le cas Guy Marius Sagna, qui lève à nouveau le voile sur les limites de notre système démocratique, montre la bassesse de l’état d’esprit avec laquelle les gouvernants répriment les ardeurs contestataires pour casser ou tuer à petit feu le front social.

Il y a deux jours, journalistes, activistes et membres de la société civile se cabrent contre l’arrestation de manifestants ayant effectués le déplacement pour répondre à l’appel du mouvement ‘’Nio Lank’’ à manifester contre la hausse du prix de l’électricité et l’usage de gaz lacrymogène par la police pour disperser la presse, venue couvrir cette manifestation à la Place de l’Indépendance, au cours de laquelle deux journalistes ont été arrêtés avant d’être libérés. Ce scénario n’est pas digne d’un pays soucieux de la préservation de ses acquis démocratiques. Autant il importe de s’indigner contre de telles pratiques, autant Guy Marius Sagna, mérite qu’on lui tire le chapeau pour ses nombreux sacrifices et son rôle fondamental dans la conscientisation des masses populaires, la lutte pour la démocratie et la justice sociale, qui ont finies de faire de lui un vrai commis du front social sénégalais.

Cet engagement sans faille, selon lequel on tourne le dos aux délices de la liberté pour affronter les supplices du milieu carcéral et refuse de s’abreuver dans la canaille de la corruption et de la concussion, repose sur un sens élevé de la responsabilité et du patriotisme que personne ne peut nier à Guy Marius Sagna. Certes, on peut ne pas le blairer, d’approuver ou de désapprouver sa démarche mais il serait lâche de remettre en cause l’importance de son combat dont le vrai mobile est le bien-être du peuple sénégalais. Ce n’est pas par hasard s’’il est encore en prison pour avoir marché jusqu’au palais dans le cadre des manifestations contre la hausse du prix de l’électricité.

Mais les arrivistes, les mesquins et les apprentis dictateurs manquent souvent l’élégance d’admettre le mérite de quelqu’un qui acceptent de tout perdre au profit de l’intérêt supérieur de la nation. C’est pour cela que certains canards boiteux tirent à boulets rouges sur ceux qui sont engagés dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie de leurs concitoyens. Cette volonté manifeste d’être la caisse de résonnement des craintes et complaintes de son peuple prive souvent le soleil aux chantres de la démocratie et de la justice sociale. La prison ou humer l’odeur nauséabonde des gaz lacrymogènes de la police devient ainsi le prix à payer pour faire entendre son mécontentement. C’est pourquoi nous sommes plus que jamais convaincus que Guy Marius Sagna n’est qu’une victime de sa prise de conscience. Car sa place n’est pas en prison mais plutôt auprès de sa famille. Qu’il soit donc libéré au nom d’une démocratie digne de ce nom !

SenBaat.com

Laisser un commentaire

Partagez la bonne info avec vos amis

Journaliste et Blogueur, Fondateur du Blog de la Jeunesse Consciente.
Follow Me:

Articles similaires