Actualité Société

🔮Espagne – Babacar parti de Saint-Louis : ‘’Trois de mes amis sont morts en mer’’

Babacar fait partie des plus de 8 000 migrants arrivĂ©s au mois de novembre sur les Îles Canaries. Le SĂ©nĂ©galais connaissait les risques de la traversĂ©e. En connaissance de cause, il a dĂ©cidĂ© de prendre la mer. TĂ©moignage.

« Allî
 allĂŽ Ousmane ? Il a raccroché ». Babacar tente de joindre son oncle. Le jeune SĂ©nĂ©galais de 18 ans attend devant un hĂŽtel de Maspalomas, un grand bĂątiment de 8 Ă©tages, qui hĂ©berge des centaines de migrants arrivĂ©s sur les Îles Canaries faute de place dans des camps d’accueil. Son oncle Ousmane se trouve apparemment dans cet hĂŽtel. Ils ont Ă©tĂ© sĂ©parĂ©s Ă  leur arrivĂ©e sur l’Île de Grande Canarie. « Il a sa femme au SĂ©nĂ©gal, ses deux enfants et sa mĂšre. C’Ă©tait un pĂȘcheur. Mais la vie est dure au SĂ©nĂ©gal et il n’arrivait plus Ă  faire manger sa famille. C’est pour cela qu’on a dĂ©cidĂ© de venir ici tenter notre chance en Espagne. »


Les deux hommes sont arrivĂ©s dĂ©but novembre. « On a mis cinq jours », explique Babacar tout en Ă©crivant un message, les yeux rivĂ©s sur son smartphone. Il s’est procurĂ© une puce espagnole pour pouvoir tĂ©lĂ©phoner ici. Babacar raconte qu’ils sont partis de Saint-Louis, la ville oĂč ils vivaient, sur la cĂŽtĂ© au nord du SĂ©nĂ©gal.


Lui et son oncle ont embarquĂ© avec 75 autres passagers. « Au dĂ©part, il y avait un enfant de 14 ans dans notre bateau. On ne voulait pas qu’il monte Ă  bord, on lui a dit que la mer est trop dangereuse, qu’on pouvait tous mourir. Mais il nous a implorĂ©. Alors on l’a aidĂ©, on lui a donnĂ© nos habits contre le froid, on lui a donnĂ© notre nourriture quand il avait faim. » Tous les passagers seraient arrivĂ©s sains et sauf aux Canaries. « Les conditions mĂ©tĂ©o Ă©taient favorables. On a quittĂ© le SĂ©nĂ©gal et jusqu’ici on n’a pas eu de mort, pas de blessĂ©s. »

« Pendant deux jours, j’avais peur, j’étais fou »

Le risque est pourtant trĂšs Ă©levĂ©. Avec ses forts courants, la route de l’Atlantique est encore plus dangereuse que la traversĂ©e de la MĂ©diterranĂ©e. Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, au moins 500 personnes sont mortes en tentant d’atteindre l’archipel espagnol selon l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), sans compter les embarcations qui disparaissent sans qu’on ne le sache. Un danger dont Babacar avait conscience, d’autant qu’il a lui-mĂȘme rĂ©cemment perdu des proches sur cette route.


« Trois de mes copains sont morts en mer quand je vivais encore Ă  Saint-Louis. C’est le lendemain de leur dĂ©cĂšs que je suis parti Ă  mon tour. Je l’ai appris le matin et le soir je suis parti. » L’un de ses amis dĂ©cĂ©dĂ© n’aurait plus rĂ©ussi Ă  payer son loyer au SĂ©nĂ©gal, ce qui l’aurait pousser Ă  partir.
« Je ne suis pas un pĂȘcheur, je ne suis jamais allĂ© en mer. A un moment prĂ©cis pendant la traversĂ©e, pendant deux jours, j’avais peur, j’étais fou. Mais aprĂšs je suis devenu calme. Je me suis dit, si je dois mourir lĂ , je vais mourir lĂ , c’est Allah qui l’aura voulu. Si je dois arriver en Espagne, j’arriverai en Espagne. »


Babacar est musulman et se dit trĂšs croyant. « Si on nous rapatrie, on dira que c’est le destin. On est lĂ  pour travailler, pas pour faire du vagabondage ou je ne sais quoi. On est lĂ  pour travailler. » Le SĂ©nĂ©galais affirme avoir un baccalaurĂ©at scientifique et surtout qu’il joue au football Ă  un niveau qui pourrait lui permettre de gagner de l’argent. « Les Espagnols ont de bons joueurs, mais moi aussi, je joue trĂšs bien ».


En Afrique, dit-il, « nos dirigeants sont des vautours. Ils sacrifient nos ressources, ils sacrifient la jeunesse. Ils envoient leurs propres enfants aux Etats-Unis ou ailleurs pour faire des études. Nous, on reste là-bas, on a des diplÎmes, mais on ne trouve pas de travail. »

SolidaritĂ© d’une habitante

Devant l’hĂŽtel, les choses s’agitent. Les balcons se remplissent de migrants venant voir ce qu’il se passe au pied du bĂątiment, car Babacar n’est pas le seul Ă  la recherche d’un proche. Plusieurs personnes, notamment des Marocains, tentent de rentrer dans l’établissement. Mais l’entrĂ©e leur est interdite. La Croix Rouge gĂšre l’accueil et a des rĂšgles trĂšs strictes.
Babacar est alors rejoint par une Espagnole, un uniforme de la Poste sur les Ă©paules. Cette mĂšre de famille de 49 ans a dĂ©cidĂ© de l’aider. Tous les deux se seraient rencontrĂ©s prĂšs d’une plage. « Je travaillais quand je l’ai rencontré », explique-t-elle. Puis j’ai livrĂ© des lettres et des colis Ă  l’hĂŽtel oĂč il Ă©tait logĂ© avant. Maintenant je vais l’emmener chez moi et l’hĂ©berger ».


Elle confie ne pas parler le français, que la communication est encore un problĂšme. « On n’a pas encore pu beaucoup communiquer Ă  cause de la langue mais son rĂȘve est d’avoir un futur meilleur, de travailler, de faire des Ă©tudes et de soutenir sa famille. Vous savez, ce n’est pas la mĂȘme chose Ă  l’hĂŽtel. Chez moi, il va peut-ĂȘtre se sentir plus en confiance, s’ouvrir et parler de ses sentiments. »


Babacar, lui, a pu tĂ©lĂ©phoner plusieurs fois Ă  son pĂšre. Il ne l’avait pas prĂ©venu de son dĂ©part. « Il n’aurait pas acceptĂ© que je parte. Mais j’ai des frĂšres et sƓurs et je suis l’aĂźnĂ© de la famille. J’ai une responsabilitĂ© envers eux ».

Source : infos migrants

Laisser un commentaire

Partagez la bonne info avec vos amis

Journaliste et Blogueur, Fondateur du Blog de la Jeunesse Consciente.
Follow Me:

Articles similaires