Actualité Sport

Équateur 1-2 Sénégal : Le fantastique capitaine Kalidou Koulibaly inscrit le but de la victoire

Le fantastique capitaine Kalidou Koulibaly a inscrit le but de la victoire en seconde période pour assurer la qualification de l’équipe africaine pour les huitièmes de finale du Groupe A… qui pourrait affronter l’Angleterre en huitièmes de finale.

Le destin, peut-être. Kalidou Koulibaly s’est inspiré du regretté Papa Bouba Diop pour préparer son rendez-vous avec le destin, en inscrivant le numéro 19 sur son brassard de capitaine jaune au marqueur noir.

Dix-neuf était le numéro de maillot porté par l’ancien milieu de terrain de Fulham lorsqu’il a marqué le célèbre but victorieux du Sénégal contre la France en finale de la Coupe du monde en 2002.

Ici, au Qatar, à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort de Diop à l’âge de 42 ans, Koulibaly a marqué le but de la victoire.

Le destin, peut-être. Kalidou Koulibaly a cherché à s’inspirer du défunt Papa Bouba Diop pour se préparer à un rendez-vous avec le destin, en inscrivant le numéro 19 sur son brassard de capitaine jaune avec un marqueur noir.

Dix-neuf était le numéro de maillot porté par l’ancien milieu de terrain de Fulham lorsqu’il a marqué le célèbre but victorieux du Sénégal contre la France en finale de la Coupe du monde en 2002.

Ici, au Qatar, à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort de Diop à l’âge de 42 ans, Koulibaly a marqué le but de la victoire.

Le Sénégal a pris l’avantage à la 44e minute sur un penalty obtenu et transformé par l’attaquant de Watford, Sarr, qui a été maladroitement bousculé par le défenseur central du Bayer Leverkusen, Piero Hincapie, alors qu’il se trouvait derrière les quatre défenseurs équatoriens sur la gauche.

Il fixait le gardien du regard, s’approchait du point de penalty et envoyait le ballon à l’intérieur du poteau sans même le regarder.

Les champions d’Afrique méritaient ce but, après un début de match aussi audacieux et aventureux, qu’ils se devaient de gagner s’ils voulaient progresser.

Gana Gueye gâchait une belle occasion en trois minutes, tirant à côté alors qu’il était bien placé, mais il n’était pas le seul. Boulaye Dia tirait à côté après avoir été servi par Youssouf Salaby.

Iliman Ndiaye, de Sheffield United, a débuté sur la droite pour le Sénégal et a tourmenté Pervis Estupinan de Brighton pendant les 20 premières minutes. Ndiaye tire à côté d’un côté, Sarr fait de même de l’autre côté et Salaby passe au-dessus.

L’Équateur, qui avait impressionné par son style à haute intensité lors des deux premiers matchs du tournoi, n’a pas offert grand-chose. Comme s’ils étaient paralysés par le fait qu’un point était suffisant.

Leur capitaine Enner Valencia, auteur de leurs trois buts au Qatar et des trois derniers buts de son pays en Coupe du monde, était apte à commencer malgré une blessure au genou, mais ils ont à peine réussi à sortir de leur propre moitié de terrain pendant les 45 premières minutes.

Malgré cela, les Sud-Américains semblaient avoir survécu à la tempête en perturbant le rythme du jeu et la compétition était plus équilibrée au moment où Sarr obtenait le penalty et marquait son 11e but pour le Sénégal.

L’entraîneur argentin de l’Équateur, Gonzalo Alfaro, a effectué deux changements à la mi-temps, en passant au 442. Immédiatement, son équipe est apparue plus à l’aise et a bénéficié d’une meilleure possession du ballon.

Le Sénégal s’enfonce et défend. Le milieu de terrain d’Everton Gana Gueye, qui remporte sa 99e sélection, reçoit un carton jaune pour avoir fait une faute avec le bras sur Gonzalo Plata, un avertissement qui le privera du prochain match si son équipe progresse.

Très vite, cependant, l’initiative revient à l’Équateur. Un corner, dirigé vers l’avant par Felix Torres, est transformé en but à bout portant par le milieu de terrain Moises Caicedo.

Le Sénégalais Sabaly, debout à côté d’un poteau, avait joué Caicedo en position de hors-jeu, mais l’équipe d’Aliou Cissé a réagi rapidement et a repris l’avantage en trois minutes sur un coup franc.

Sur un coup franc tiré de la droite par Gana Gueye, le capitaine équatorien Valencia est touché à la hanche et Koulibaly est bien placé pour tromper le gardien de volée de l’intérieur du pied droit. C’était la victoire. Le destin, peut-être.

Laisser un commentaire

Partagez la bonne info avec vos amis

Journaliste et Blogueur, Fondateur du Blog de la Jeunesse Consciente.
Follow Me:

Articles similaires