Actualité Chronique

Ousmane Sonko, candidat de la rupture et d’un nouvel élan

Chronique – Avec une nouvelle offre politique et une bonne communication digitale, le candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019, Ousmane Sonko tient le bon bout de la campagne électorale.

Cette présidentielle, cela fait quatre jours que les cinq candidats en lice (Macky Sall, Madické Niang, Elhadj Issa Sall, Ousmane Sonko, Idrissa Seck) ont entamé un long périple pour aller solliciter le suffrage des sénégalais. Autant la volonté et la détermination de remporter haut la main la présidentielle sont perceptibles à travers le discours de chacun des prétendants de la magistrature suprême, autant l’engouement populaire autour de leurs cortèges et sur les réseaux sociaux décrit à pas de loup la vedette de cette compétition électorale.

Un candidat choc, au style particulier, bien décidé à arracher à Macky Sall le fauteuil présidentiel s’impose : Ousmane Sonko. Une chose est sûre : il a un projet de société ambitieux, l’éloquence et le charisme requis pour l’exposer aux électeurs. C’est, en ce sens, un sérieux challenger du candidat sortant, Macky Sall. Ce candidat n’avance pas, masqué, il affiche une ferme volonté de mener de profondes réformes politiques sur la gestion des biens publics.

Qu’il veuille incarner la rupture dans le landerneau politique sénégalais, en faisant bouger les lignes pour insuffler une nouvelle dose de changement dans les orientations socio-économiques, c’est déjà une bonne chose. Il faut avoir du cran et animé d’une fibre patriotique pour lancer ouvertement les hostilités contre la monnaie coloniale, autrement dit, le franc CFA. “On ne peut pas continuer avec le FCFA. Si on est élu, de manière responsable et intelligente, nous sortirons de ce FCFA. “, a déclaré Ousmane, lors de sa tournée à Paris, expliquant que ‘’ C’est une monnaie qui n’est pas calquée sur la taille réelle de nos économies’’.

Pourtant ce n’est qu’une infime partie des reformes que le candidat de la coalition ‘’Sonko Président’’ compte mener s’il accède à la magistrature suprême. Le programme, que le leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF), Ousmane Sonko va dérouler met l’accent sur la réduction du train de vie de l’Etat, la revalorisation du système éducatif à travers l’école publique, la renégociation des contrats d’exploitation des ressources naturelles et minières, la réforme foncière, l’agriculture, la pêche, l’élevage et le tourisme, non sans compter, la nécessité d’étendre la couverture maladie universelle à toutes les couches de la population.

Sa particularité tient en partie aux réformes qu’il propose aux électeurs. En plus, de son fameux slogan « Jotna li ñëpp bokk, ñëpp jot ci’’ et de sa bonne présence sur les réseaux sociaux, l’étoile montante du champ politique sénégalais, Ousmane Sonko a fait montre d’un engagement sans faille pour une gestion transparente des ressources du pays durant ces quatre dernières années. Ce qui lui a valu d’être radié par décret présidentiel de la fonction publique par Macky Sall. Un sacrifice qui n’a pas laissé pantois le peuple sénégalais, qui l’a aidé à fracasser les portes du barrage du parrainage pour l’affronter. Peu importe les coups bas du camp adverse, Ousmane Sonko et PASTEF ont réussi à imposer un tempo très rapide à l’ensemble de leurs actions pour remporter la présidentielle. Mais il y a un temps pour mener la bataille médiatique et un temps pour le peuple : le jour du scrutin présidentiel où le pouvoir change de camp en revenant entre ses mains.

DJIBY SENE JOURNALISTE BLOGUEUR

Laisser un commentaire

Partagez la bonne info avec vos amis

Journaliste et Blogueur, Fondateur du Blog de la Jeunesse Consciente.
Follow Me:

Articles similaires